Santé mentale en milieu de travail, une préoccupation grandissante

PRINT THIS ARTICLE

Un Canadien sur cinq est aux prises avec un problème de santé mentale comme le stress, l’anxiété et la dépression. C’est une proportion effarante[i]. Au quotidien, ces difficultés ont des répercussions néfastes sur la vie personnelle de ces personnes, mais aussi sur leur vie professionnelle. Les problèmes de santé mentale au travail demeurent un défi de taille pour les employeurs, qui cherchent à se doter des meilleurs outils pour soutenir leurs employés. C’est là que les programmes d’aide aux employés (PAE) entrent en jeu.

Les PAE offrent aux employés des services de consultation et d’aiguillage pour les aider à faire face aux problèmes de santé mentale, qui comptent parmi les premières causes d’invalidité de longue durée et parmi les principales causes d’invalidité de courte durée, de conflits au travail et d’absence. Au Canada, en moyenne, 500 000 personnes s’absentent du travail chaque semaine à cause d’un problème de santé mentale  [ii],[iii]. Les PAE sont des outils importants, conçus pour s’attaquer à une grande variété de problèmes. Toutefois, une question demeure : quelle connaissance en a la population active canadienne?

Une nouvelle étude, intitulée Investigating the global value of a Canadian Employee Assistance Program, démontre les bienfaits des PAE, tant pour les employés que pour les employeurs : meilleure qualité de vie, réduction du poids économique de la baisse de productivité au travail et allègement du fardeau qui pèse sur le système de soins de santé canadien.

« Nous savons depuis longtemps que les services de consultation et de soutien, comme ceux d’un PAE, améliorent la vie de ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale, comme l’anxiété et la dépression, explique Allan Stordy, président et chef de la direction d’Arete, un important fournisseur national de programmes d’aide aux employés et aux entreprises, également commanditaire de l’étude. Nous pouvons cependant affirmer que ces programmes entraînent une réelle économie de coûts pour les employeurs et notre système de soins de santé, financé par les deniers publics. »

Selon l’étude, une nette amélioration du bien-être mental a été constatée chez les employés ayant bénéficié d’un PAE, notamment une diminution des niveaux de dépression, d’anxiété et de stress trois mois après la dernière consultation. À la suite de l’utilisation des services offerts dans le cadre d’un PAE, on observe une baisse du nombre de visites chez les spécialistes du système de santé public. De plus, la baisse de productivité au travail et les coûts élevés pris en charge par les employeurs au début de la participation ont mis en évidence la nécessité de mettre en place de tels services. Au début de l’étude, 66 % des répondants avaient des problèmes de rendement qui, pour les employeurs, équivalaient à une perte économique moyenne de 1 063 $ au cours des quatre semaines précédentes. On estime à près de 13 000 $ par participant la perte annuelle moyenne occasionnée par l’absentéisme et le présentéisme.

« En tant qu’employeur, notre grande priorité est d’aider nos employés à conserver un bon équilibre travail-vie personnelle et de leur fournir le soutien nécessaire lorsque des difficultés personnelles nuisent à leur rendement au travail », explique Peter Stratton, chef de la gestion du personnel à Western Financial Group. La mise en place d’un PAE nous a permis de contribuer plus activement au bien-être général de nos employés, en particulier durant les inondations de l’été dernier en Alberta. Ce PAE est une composante essentielle de notre programme d’avantages sociaux et les employés de Western l’apprécient beaucoup. »

Les effets d’un PAE, aussi bien d’un point de vue social que pour l’employé et pour l’employeur, contribuent à l’amélioration du bien-être mental au travail. Grâce aux PAE, on peut obtenir des résultats positifs pour toutes les parties prenantes. Si 66 % des participants affirmaient avoir des problèmes de stress, d’anxiété ou de dépression modérés, importants ou très importants avant d’entreprendre le PAE, moins de 32 % décrivaient de tels problèmes trois mois après la fin du programme.

 

Vivre avec des problèmes de santé mentale

Les problèmes de santé mentale peuvent toucher n’importe qui, peu importe l’âge, le sexe ou la race. La maladie mentale représente un fardeau pour les personnes atteintes et pour leurs proches, en raison surtout des craintes et des stigmates qui y sont associés. Fait intéressant à noter, alors qu’à peine 50 % des Canadiens oseront parler à un ami ou un collègue des problèmes de santé mentale dont souffre un membre de leur famille, 72 % des Canadiens affirment pouvoir discuter ouvertement d’un diagnostic de cancer[iv], par exemple. Environ 20 % des Canadiens souffriront d’une maladie mentale au cours de leur vie. Le maintien d’une bonne santé mentale est tout aussi important que l’entretien d’une bonne santé physique[v].

 

À propos de l’étude

L’étude Investigating the global value of a Canadian Employee Assistance Program est la première du genre à examiner l’impact économique et social des problèmes de santé mentale et le rôle que peuvent jouer les PAE pour aider les gens à surmonter ces difficultés. Des employés canadiens se sont portés volontaires pour être suivis avant d’avoir accès aux PAE AriveMD et AcuminMD d’Arete et trois mois après eu accès au programme.

 

[i] Smetanin, P., Stiff, D., Briante, C., Adair, C., Ahmad, S., & Khan, M. (2011). Répercussions des maladies mentales sur les plans humain et économique au Canada (de 2011 à 2041), menée par RiskAnalytica pour le compte de la Commission de la santé mentale du Canada.
[ii] Calcul fondé sur des données de l’étude de Dewa, Chau et Dermer (2010), Examining the Comparative Incidence and Costs of Physical and Mental Health-Related Disabilities in an Employed Population, et de données sur l’emploi de Statistique Canada.
[iii] Calcul fondé sur des données de l’étude Mental Health Economics Statistics in Your Pocket de l’Institute of Health Economics (2007), et de l’article Taux d’absence du travail 2010 de la Division de la statistique du travail de Statistique Canada (2011).
[iv] Association médicale canadienne (2008). Huitième bulletin national annuel sur la santé.
[v] Agence de la santé publique du Canada. Rapport sur les maladies mentales au Canada. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/sujets/sante-mentale-et-bien-etre.html. Consulté en janvier 2014.

 

Pour obtenir le rapport complet, veuillez écrire à l’adresse info@aretehr.com. Étude menée par Laboratoire Workreach.

Pin It on Pinterest

Share This